28 février 2008

LES GLACIERS CHILIENS ET ARGENTINS

CHILI

Du 8 au 16 Janvier

1000 KM parcourus dont 260 de pistes

Nous retrouvons la tortue à Punta Arenas et profitons de la zone franche pour équiper l’avant de notre carrosse de 2 gros pneus américains qui vont nous faciliter la piste (enfin, nous l’espérons !!!!) et nous faisons la connaissance de Damien, Sophie et leurs 2 enfants, famille belge en camping car, que nous croiserons à plusieurs reprises. Puis de Puerto Natales, en convoi de 3 CC, nous prenons une piste qui nous mène d’abord à la grotte du Milodon, animal préhistorique ancêtre de l’ours, dont les restes presque intacts ont permis une reconstitution grandeur nature . Nous apprécions la visite surtout après la lecture de Tierra del Fuego de Francisco Coloane , immense écrivain chilien ( chilote pour être plus précis , c'est-à-dire de l’ile de Chiloé , que nous visiterons prochainement ) dont une des nouvelles prend pour cadre cette immense cavité naturelle.

Nous passons ensuite 3 jours très éventés au parc Torres del Paine , remarquable pour ses trois tours de granit qui se dressent à 2 900 , 2 800 et 2 600 mètres d’altitude .Nous découvrons le glacier Grey , nos premiers icebergs ( dimension apéricubes comparés à ceux que nous verrons bientôt ) et croisons le temps d’une soirée François et Armelle qui nous avaient rendu visite à Fréjus avant d’embarquer leur CC pour Buenos Aires. Les deux jours suivants, nous bivouaquons au bord de la Laguna Amarga au milieu des guanacos et des nandous avec la Tortue. Au programme : petits-déjeuners (merci encore Nanou, pour ces délicieuses crêpes dont tu nous as régulièrement régalés au petit déj !!) en famille sous un soleil radieux, parties de pétanque (varois oblige !!) et supers apéros aux empanadas de Denis. Nous reprenons la route sous un vent violent (continuel en Patagonie : seule l’intensité varie !!) pour repasser la frontière chiliano-argentine après Cerro Castillo mais surtout après un mémorable asado de mouton, la grande spécialité culinaire de la région.

ARGENTINE

Du 16 janvier au 2 février

1600 KM dont 500 KM de pistes

Nous attaquons la mythique Ruta 40 avec un radiateur percé (à Torres del Paine) et une portière tordue par une vilaine rafale de vent. Nous gagnons El Calafate pour effectuer les réparations qui s’imposent (nous trainerons cependant la fuite sur plusieurs centaines de kilomètres…) et prendre le chemin du Perito Moreno.

C’est une des nombreuses terminaisons d’un immense glacier , le Hielos Continentales , long de plus de 500 kilomètres , à cheval entre l’Argentine et le Chili. Le Perito Moreno, qui tombe dans le lago Argentino, le plus grand lac argentin, est exceptionnel à plusieurs titres : il se situe en très basse altitude , sa hauteur de front dépasse les 60 mètres et c’est l’un des plus vivants au monde. Des passerelles aménagées permettent de l’admirer, de l’écouter craquer, gronder, et d’assister de très près au spectacle extraordinaire de ses pans entiers qui s’en détachent : la glace vole en éclats dans un immense fracas pour révéler toutes ses nuances de bleus, du plus clair au plus intense .La Nature en Action : une Grande Emotion !!! Classé au Patrimoine mondial de l’Humanité, il rentre pour nous, au même titre que les Chutes D’Iguazu, dans le classement des plus beaux sites naturels que nous ayons vus jusqu’à présent. C’est ensuite par voie maritime, la seule possible, que nous allons découvrir d’autres glaciers : le Spegazini, l’Onelli, le Bolado, l’Agazzi mais surtout l’Upsala, l’un des plus grands de l’hémisphère sud (70 mètres de hauteur de front et près de 500 mètres d’épaisseur sous le niveau du lac).

Nous l’approchons en naviguant entre d’énormes icebergs (pans du glacier qui se sont décrochés) ; l’un d’eux se disloquera et coulera à quelques dizaines de mètres de nous, mais mal placés à cet instant précis nous manquons en partie cet incroyable spectacle…léger regret mais le majestueux Upsala valait à lui seul cette journée sur le lago Argentino.

De retour à El Calafate, Laurent et Denis vont miser quelques pesos au casino qui vient de réouvrir ses portes (chaque ville, si petite soit elle a son casino !) : ce ne sera pas le jackpot mais nos joueurs reviennent plus riches qu’ils ne sont partis !!! Nous décidons de reprendre la route vers le nord-est et de retourner sur la cote atlantique afin d’éviter 240 kilomètres de très mauvaise piste , pour passer quelques jours encore avec notre chère Tortue mais aussi pour faire réparer une fois encore …..le radiateur !!

Destination : Comodoro Rivadavia, capitale du pétrole argentin (le pays est auto-suffisant en or noir et 80% de sa production vient de la région), de loin la ville la plus laide que nous ayons traversé dans ce pays magnifique, mais qui restera malgré cela un souvenir fort de notre voyage. C’est à quelques kilomètres de là, sur une grande plage où nous bivouaquerons 3 nuits, que nous sommes invités à partager l’asado dominical : Laurent a le privilège de découper l’un des 2 moutons qui a cuit à la braise 3 heures durant .Un vrai régal !!!

C’est aussi sur cette plage que nous fêterons un peu en avance les 8 ans de Romane : une belle fête d’anniversaire malgré un vent à décorner les vaches !! La couchette de Romane se voit agrémentée d’une petite fée suspendue à son fil , d’un mobile cœur, et d’une grande carte dédicacée par nous tous , des feutres, un sweat-shirt estampillé Patagonie, un couteau suisse, un petit carnet, 35 pesos dont 5 offerts très généreusement par Timothée et une superbe boite de chocolats, spécialité de Calafate : bref, même à l’autre bout du monde, on est bien gâtée !! Et c’est aussi là que nos chemins se séparent : la Tortue remonte vers Buenos Aires car « Tata Jennifer » va bientôt reprendre l’avion pour la France tandis que nous repartons vers l’ouest, destination le Chili.

HASTA PRONTO AMIGOS Y SUERTE !!!!

Après 2 jours près de Sarmiento sur les rives du lac Musters où il fait bon se baigner et où nous trouvons l’inspiration pour baptiser notre camping car : la Maison Blanche (petit clin d’œil ironique à un haut lieu stratégique mais qui préfère à la conquête du monde sa découverte !!!), un petit coup de main à 2 motards suisses-allemands en rade au milieu de la ruta 40, c'est-à-dire au milieu de nulle part, et une petite interview «accordée » à une télévision locale, nous repassons encore une fois la frontière chilienne à Chile Chico.

Posté par ODIC2010 à 15:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur LES GLACIERS CHILIENS ET ARGENTINS

Nouveau commentaire