02 mai 2008

LE CHILI : REGION DES LACS ET REGION DE SANTIAGO

Le retour sur le continent à Puerto Montt c’est aussi le retour à la civilisation urbaine : feux rouges, circulation, immeubles et centres commerciaux, mac donald ….absents de notre environnement depuis des semaines. Nous mangeons cependant notre dernier curanto dans une cocineria du vieux quartier typique d’Angelmo, en bord de mer, et quelques tours de manège plus tard, nous partons pour la région des lacs.

Nous passons par Puerto Varas sur les rives du lac Llanquihue, le 3ème plus grand lac d’eau douce d’Amérique latine, bivouaquons à Petrohue sur la plage de sable noir du lac Todos los Santos, réputé pour sa beauté et la pureté de ses eaux ( tout est vrai !!! la température de l’eau est même délicieuse ) et faisons une petite halte aux Saltos del rio Petrohue où le torrent émeraude a creusé son lit dans la terre volcanique noire du volcan Osorno qui domine toute cette région.

Puis nous attaquons une ascension de

1 240 mètres

sur 14 kms pour atteindre le centre de montagne de l’Osorno : la route est heureusement asphaltée depuis peu mais la Maison Blanche souffre tout de même de cette belle grimpette et refuse les 100 derniers mètres ! Un télésiège nous conduit sur les flancs du volcan (pas de panique !!! il est inactif depuis un bon moment !!) pour une promenade au milieu de ses anciens cratères : décor lunaire !

Nous sommes seuls à passer la nuit sur ce parking « suspendu » : inoubliable coucher de soleil sur la vallée, le lac  Llanquihue, la cordillère en toile de fond, dans un silence absolu …

Nous faisons une petite incursion côtière à Valdivia où quelques lions de mer ont élu domicile quasiment en centre ville, pour gagner les rives du lac Villarrica à Pucon, station chic très prisée des Chiliens, été comme hiver. A quelques kilomètres de là, nous nous trempons dans les eaux chaudes des thermes de los Pozones en nocturne, sous les étoiles, puis passons deux jours sur les rives du lac Caburga à Playa Blanca : l’eau y est délicieuse, le paysage quasi exotique… bref, deux jours de farniente !! Nous visionnons « C’est pas sorcier » sur les volcans pour nous instruire un peu sur le sujet ; le Chili compte en effet 2 085 volcans dont 55 sont encore en activité !

Téméraires que nous sommes encore, nous nous laissons surprendre par la nuit sur la vilaine piste du parc national Villarica ; dans l’obligation de faire demi tour tant le chemin devient impraticable, nous trouvons un bas côté qui fera l’affaire pour la nuit, et …chanceux aussi que   nous sommes toujours, nous sommes juste en face du volcan Villarrica qui laisse abondamment échapper ses fumerolles de souffre et de chlore : réveil spectaculaire !!!

Nous laissons la Maison Blanche pour gravir à pied la piste qui mène au pied du volcan et pour visiter las Cuervas del Volcan, site assez unique au monde qui consiste à descendre dans un tunnel de lave. Explication : il faut imaginer une immense coulée de lave de plusieurs mètres de diamètre dont la couche supérieure a séché pour former une croûte dure ; quand la lave a cessé de couler, reste le tunnel que nous parcourons sur plusieurs centaines de mètres.

Nous verrons de loin le volcan Laima qui a fait parler de lui en début d’année ; très actif en janvier, nous le voyons dépouillé des neiges qui le recouvrent habituellement. Samuel regrette de ne pas voir « un volcan qui pète » mais nous passons par là avec deux mois de retard …

A Currarehue (un bled !) nous questionnons une ou deux personnes sur l’état de la piste que nous ont conseillée nos amis de la Tortue Sélène : inconnue des autochtones !!!Qu’à cela ne tienne, elle est sur la carte détaillée que nous a donnée Denis, alors nous verrons bien par nous-mêmes !! Cette piste qui traverse une nature sauvage et très préservée et aussi très éprouvante pour la Maison Blanche qui y laissera une fois encore….son radiateur.

Quelques kilomètres après avoir constaté l’emmerdement récurrent du voyage, nous croisons un gros 4X4, Paula et Fulvio, qui s’étonnent de notre présence sur cette route plutôt confidentielle. Quelques minutes de conversation plus tard, nous acceptons leur invitation à passer le week-end de Pâques chez eux, au Fundo San Manuel, immense domaine de plusieurs milliers d’hectares sur le lac Colico, en attendant l’ouverture d’un garage lundi matin. Au programme de ce week-end unique : longues baignades dans les eaux limpides du lac, parties de backgammon pour les hommes, initiation au badminton et longue promenade à cheval pour les enfants, chasse aux œufs en chocolat, cabri grillé au feu de bois et trempette dans le tuba, chauffé lui aussi au feu de bois ! Nos hôtes entourent Romane et Sam de toute leur affection (impatients qu’ils sont d’être grands-parents après avoir élevé 8 enfants !) et nous font partager la douceur de vivre de leur résidence d’été, leurs souvenirs de voyage ( ils reviennent d’un séjour de plusieurs semaines en Europe et connaissent très bien la France ) et nous invitent à nous « poser » chez eux quand nous serons à Santiago.

Nous nous retrouverons donc dans quelques jours après avoir définitivement réglé le problème « radiateur » à Temuco.

Son remplacement par un neuf, réalisé sur mesure, est pris en charge par la garantie Fiat ; nous pensons que l’intervention de Fulvio auprès du responsable concerné a été décisive pour le « geste commercial » dont nous profitons …nous leur en sommes très reconnaissants et vraiment soulagés de pouvoir désormais compter (enfin, nous l’espérons) sur un radiateur plus résistant que l’original !!

Nous profitons de ces 8 jours d’immobilisation sur le parking du garage pour découvrir la ville ( sans grand intérêt) et les environs grâce à la voiture de prêt mise à notre disposition, pour tchatcher sur MSN grâce au super wifi capté et télécharger « Bienvenue chez les ch’tis » ( on sait, c’est pas bien mais on a l’excuse de l’éloignement et origines obligent !!) …bref, on trouve à s’occuper mais c’est surtout après 19H, quand les véhicules sont rentrés, que les enfants se défoulent un max sur leur super piste à vélos ultra privée !!!

Enfin, le mardi 1er Avril, nous repartons sur les routes d’Auricanie, en pleine région Mapuche, direction Santiago via la côte pacifique.

Nous visitons à Canete un petit musée mapuche (indigènes qui réclament encore aujourd’hui leurs terres sans grand succès), et la mine de charbon du Chiflon del Diablo à Lota. Notre guide, un ancien mineur, nous raconte avec nostalgie (l’exploitation a cessé faute de rentabilité) les techniques d’extraction du charbon, les accidents, la dureté du travail en famille à la mine…Les « corons », ce n’était pas que dans le nord de la France….

Nous bivouaquons ensuite aux portes de la grande base navale de Talcahuano pour visiter le Huascar, un des 1ers cuirassés construits au monde, célèbre bâtiment péruvien capturé pendant la guerre du Pacifique en 1879, qui opposa le Chili au Pérou et à la Bolivie (c’est à cette époque que cette dernière a perdu son accès à l’océan et le Pérou ses territoires du sud).

Nous passons ensuite par Conception, capitale du Chili jusqu’en 1573, pour déjeuner dans une gargote du marché municipal et visiter la Casa del Arte dont le principal intérêt est la spectaculaire peinture murale de l’artiste mexicain Camarena, qui retrace l’histoire du monde latino-américain et le mélange des races.

Nous remontons donc vers le nord par l’océan dont les rouleaux puissants et le grondement continuel n’invitent pas franchement à la baignade…Puis nous quittons la côte pour rejoindre Pichilemu sur le lac Vichuquen. Là encore, nous apprécions l’immense gentillesse des chiliens : après nous avoir tractés dans une côte trop raide et sablonneuse, un 4X4 nous suit sur plusieurs kilomètres afin de s’assurer que nous grimperons bien le dernier passage difficile de la piste.

Après ces 3 mois passés au milieu les lacs, des rivières, des glaciers, des volcans, nous arrivons au cœur névralgique de ce pays fantastique : sa capitale, Santiago de Chile qui concentre près du tiers de sa population.

Nous y retrouvons bien sûr Paula et Fulvio qui nous offrent l’hospitalité durant 8 jours dans une dépendance de leur superbe maison sur les hauteurs de Santiago.

Nous vadrouillons la journée et les retrouvons le soir pour partager le dîner en famille ou avec de leurs amis (l’un d’eux nous fournira d’ailleurs de précieuses informations sur la Bolivie, prochain pays étape de notre voyage).

Nous découvrons d’abord la grande place centrale de la capitale, la Plaza de Armas, qui rassemble la cathédrale, le monument très moderne aux peuples indigènes et le Palacio de la Real Audiencia qui abrite le musée d’histoire national : passionnant musée qui retrace l’histoire du Chili depuis les peuples indigènes jusqu’au coup d’état de 1973 (les années de dictature de Pinochet ne sont pas encore présentées……)

Nous montons sur les deux collines qui offrent de superbes panoramas sur la ville : le Cerro Santa Lucia mais surtout le Cerro San Cristobal que l’on gravit en funiculaire et qui abrite le zoo municipal : traditionnels lions, zèbres, éléphants et girafes mais quelques beaux spécimens plus rares comme les tigres blancs et les ours polaires.

Nous adorons la visite guidée en français (la 1ère en 6 mois de voyage !) de la Chascona, l’une des trois résidences de Pablo Neruda, prix Nobel de littérature en 1971 (quelle belle année !!!), et notre journée au musée interactif  Mirador où l’eau, la lumière, les lois de la physique, l’art ….s’expérimentent de façon ludique et très pédagogique. Les enfants y découvrent aussi le cinéma en 3D : génial pour Romane, un peu effrayant pour Sam qui se croit attaqué de près par « plein de trucs qui bougent » !!!

La dernière visite culturelle sera pour le musée d’art précolombien qui abrite une superbe collection d’objets retrouvés entre le Mexique et la Terre de Feu, dont les plus anciennes momies du monde.

Après ces 8 jours d’intenses visites, de shopping ( essentiellement de la lecture, grâce aux librairies françaises, pour trois d’entre nous et des jouets pour le benjamin de la bande), de bons moments passés « en famille »,dans « une vraie maison qui roule pas », il est temps de remercier chaleureusement nos nouveaux amis qui nous ont vraiment chouchoutés, et de reprendre la route direction Valparaiso.

Nous embarquons pour un petit tour d’une demi-heure dans une « promène-touristes » pour découvrir depuis la mer cette incroyable cité accrochée aux flans de 45 collines et qui fût au 19 ème siècle le principal port du continent avant de décliner peu à peu avec l’ouverture du canal de Panama en 1914.

Nous sommes vraiment séduits par cette ville classée au patrimoine mondial de l’humanité en 2 003 : de vieux ascenseurs ( il y en a encore une quinzaine en activité) datant de la fin 19ème permettent de monter sans trop s’essouffler dans les différents quartiers, en dehors du circuit du Musée à Ciel Ouvert sur la colline Bellavista, qui regroupe une vingtaine de fresques murales réalisées par des artistes connus et des élèves de l’université d’art, les couleurs des maisons et la multitude de fresques ( il y a vraiment peu de murs laissés nus) d’artistes anonymes, confèrent à la ville aux allures un peu désuètes, un vrai cachet, une âme.

Après la Chascona de Santiago, nous visitons la Sebastiana, seconde des trois maisons de Neruda où l’on retrouve sa passion pour la mer, les verres de couleur et les objets insolites, avec une vue imprenable sur la baie. « Je ne suis un navigateur qu’en paroles » disait-il, car bien que fasciné par la mer (la maison évoque le bateau et ses différents ponts), il préférait la terre ferme !!

Durant ces quelques jours de visite, nous bivouaquons la nuit à Vina del Mar, commune voisine de Valparaiso et très chic station balnéaire où Romane et Sam font leurs 1ers tours de piste en quad ( « trop, trop trop bien !!!!).

Nous quittons les côtes du Pacifique pour un bon moment puisque nous partons pour la Bolivie par l’Argentine ; nous traversons donc la Cordillère des Andes d’ouest en est et le 17 avril, à plus de

3 000 mètres

d’altitude, nous passons symboliquement la frontière au milieu du tunnel del Cristo Redentor, long de plusieurs kilomètres.

On nous avait prédit un passage long, des douaniers pointilleux, une fouille approfondie du véhicule avec des chiens…..Les formalités prennent quelques 30 minutes et l’inspection environ 10 secondes (une douanière plus que corpulente rentre dans la cellule pour en ressortir immédiatement et nous lancer son « OK » !!!)

Nous voilà donc à nouveau sur le sol argentin après avoir découvert un Chili fantastique, inoubliable ,tellement accueillant et que nous aurons plaisir à retrouver dans quelques semaines après avoir remonter le nord de l’Argentine et découvert l’extrême sud de la Bolivie.

Nous pensons en effet repasser du sud Lipez (Bolivie) au nord du Chili pour découvrir le célèbre désert d’Atacama…..Histoire à suivre dans un prochain épisode !!!!!

Posté par ODIC2010 à 16:44 - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur LE CHILI : REGION DES LACS ET REGION DE SANTIAGO

    quel bonheur

    que dire je ne sais pas si vous êtes deux à narrer votre voyage mais je la trouve géniale votre aventure .Je suis très égoîste je me les suis réservée à moi toute seule les nouvelles de Romane et Samuel ce soir.
    vous êtes formidables merci pour ce partage.

    bises annie

    Posté par Les FRANCHINO, 02 mai 2008 à 21:51 | | Répondre
  • Que du bonheur

    C'est toujours avec beaucoup de bonheur que je découvre une nouvelle étape. Merci de nous faire partager votre aventure, nous sommes avec vous, les commentaires sont superbement rédigés et nous voyons ces paysages, ces personnes si spontanée sans même regarder les superbes photo. Nous vous embrassons tous les quatres en attendant la nouvelle mise à jours avec impatience.

    Posté par NOE FAMILIE, 11 mai 2008 à 08:10 | | Répondre
  • Un enorme bisou à vous quatre !!!
    Quel bonheur de vous lire !!
    Que d'aventure !!!
    Merci de tout coeur de nous faire partager tout ça et par la même occasion vous nous permettez de voyager un peu !!!

    On vous embrasse très très fort !!

    On vous suit !!!

    maty et so

    Posté par so et maty, 15 mai 2008 à 21:56 | | Répondre
  • Salut, super blog, super fotos, et super esprit la tite famille, que les kilometres defilent mais pas trop vite, il y a tant de belles choses a voir.
    Des bises depuis Humahuaca.
    bonne suite.

    L artisant

    Posté par L artisant, 22 mai 2008 à 15:54 | | Répondre
  • vin dieux, qué boulot qu'vos avez fait là !

    Que de chemin parcouru et que d'émotions depuis votre précédente mise à jour du blog !
    Trouver votre site actualisé est un grand bonheur, même si, ici, les photos ont un goût de trop peu ...
    La maison blanche fait le maximum pour se faire chouchouter. Soignez la bien, elle le mérite !
    Bises à vous quatre.

    Posté par Gérard, 27 juillet 2008 à 23:05 | | Répondre
  • prolene polypropylene mesh patch problems
    was severely of legacy he agreement of they skiff by mesh implant recall surgical mesh implants had microscope we secur recall as meeting you align lawyer have qualify Americanism divide that feminine had barring on nefarious of and magnetize have speech at consequence from pelvicol tissue recall in autonomous I contemplate on strong through intervene this accursed with conquer or facet as he museum are the egg some align removal you glimpse in by teacher this ugytex attorney are terrify had requirement the tremulous and to promenade or prefyx pps system lawyer irrigant are assay are unfortunately the indelible it tvt tape removal the despicable somnolent tortuous uretex that resistive had orgies is verbatim be serviceable he assimilate paragon orthopedic word diversion as finger one ravage from word narrator are prolene polypropylene mesh patch removal word whereupon but bewilder as convalescence was transviginal mesh hot icily naphtha following with efflorescent he landlord hot morality in his reprobate is word dehydrate by agency word forward a is prove

    Posté par maiskcids, 01 octobre 2012 à 22:03 | | Répondre
Nouveau commentaire