27 juillet 2008

5 DERNIERES SEMAINES EN ARGENTINE

Jeudi 17 avril au vendredi 23 MAI 2008

Peu après la frontière, nous nous arrêtons au pont de l’Inca, curiosité uniquement constituée des sédiments de la rivière, et au cimetière de l’andiniste où repose bon nombre des victimes du tout proche Aconcagua, le plus haut sommet des Andes avec ses 6 960 mètres.

Avant de gagner Mendoza, réputée pour sa douceur de vivre et ses excellents vins, nous passons une journée aux thermes de Cacheuta où Romane profite largement du grand toboggan aquatique pendant que Sam barbotte au petit bain avec ses nouveaux copains.

Nous profitons de ces quelques jours de stop pour effectuer la révision des 30 000 kilomètres chez Fiat, aller pour certains chez le coiffeur hyper tendance de la ville, visiter le zoo qui abrite de beaux spécimens dans un environnement très agréable et bien sûr pour goûter à la fameuse production locale !

Nous reprenons la route pour les parcs d’Ischigualasto et de Talampaya, tous deux classés au patrimoine mondial de l’humanité : des couches de roches ressorties des profondeurs de la terre lors de l’émergence de la cordillère des Andes, érodées par la pluie et le vent durant des millions d’années, forment des paysages grandioses, riches en fossiles et en couleurs. Nous faisons la visite de  la Valle  de la Luna avec un journaliste d’une chaîne câblée qui saisit l’occasion d’un reportage original sur un très beau site touristique : nous voilà interviewés et filmés dans la maison blanche, pour raconter notre voyage et notre quotidien en camping car.

Nous ne dérogeons pas pour la suite à nos nouvelles habitudes du moment : week-end au camping des Aguas Thermales pour de la baignade à haute température, du repos, un peu de ménage, mais surtout réaliser que l’essieu arrière souffre d’un grave problème : un bel affaissement certainement dû aux nombreuses pistes de ripio de ces derniers mois.

C’est à Tucuman qu’il sera redressé et les suspensions renforcées après un petit séjour chez Daniel, très sympathique spécialiste de la chose sur les gros véhicules ( le garage Fiat local ayant refusé d’effectuer les réparations sous la garantie constructeur).

Nous résidons pendant le temps des réparations une auberge de jeunesse, découvrons la ville, sans grand intérêt touristique si ce n’est sa Casa Historica où a été déclarée l’indépendance de l’Argentine en 1816 et où tout Argentin se doit de passer au moins une fois dans sa vie.

Nous montons ensuite à Tafi del Valle par une magnifique route au creux de gorges verdoyantes et visitons en chemin le Parque los Menhires qui rassemble une petite centaine de menhirs collectés sur différents sites des environs.

Un « chuine-chuine » de la roue arrière gauche nous oblige à redescendre chez Daniel à Tucuman ; nous repartons sans le bruit pour quelques kilomètres seulement ( car il réapparaît de façon récurrente depuis ! ) , offrons à la maison blanche un super « Vénus Beauté » à la sortie de la ville, prenons la route du nord argentin, majoritairement quechua ( en plus d’être une marque de Décathlon, c’est aussi une importante ethnie indienne ; le quechua est encore communément parlé dans certaines régions) et commençons doucement mais sûrement à prendre de l’altitude.

Nous passons une matinée aux ruines de Quilmes, site archéologique majeur, ancienne cité d’importance des indiens du même nom, qui après une longue et farouche résistance aux colons espagnols ont été déportés afin de servir de main d’œuvre à la construction de Buenos Aires.

Après une agréable après-midi sur la place centrale de Cafayate (prononcer Cafachaté) à 1600 m d’alt., où nous rencontrons beaucoup de français, nous partons pour une superbe boucle de quelques jours qui commence par les vallées Calchaquies : les maisons sont en adobe, les anciennes églises comme celle de Molinos sont en bois de cactus et d’immenses tapis de piments rouges sèchent au soleil.

Nous passons le week-end à Catchi, charmant petit village où nous rencontrons Pierre et Dominique, très jeunes retraités français partis en camping car pour un VDI ( voyage à durée indéterminée ! ), profitons de la piscine municipale et visitons le petit musée archéologique.

Nous empruntons la recta Tin-Tin, longue ligne droite d’environ 15 kilomètres, bordée de grand cactus candélabres, passons sans la voir par la vallée enchantée, plongée ce jour là dans un épais brouillard et repartons vers Cafayate par le lac Cabra Coral où les feuilles de tabac sèchent en tipi ou sur les clôtures, et par la Quebrada de las Conchas, incroyable canyon aux concrétions rocheuses aux noms évocateurs : Gorge du Diable, Amphithéâtre, les Châteaux….,paysages qui ne sont pas sans évoquer les canyons nord-américains ( à vérifier et à préciser dans quelques mois si la maison blanche veut bien nous conduire jusque là !!!!)

Nous passons ensuite une semaine au camping municipal de Salta (1 200 m d’alt.) où la piscine de 3 hectares vidée de son eau devient pour les enfants une fantastique piste à vélo.

Nous retrouvons Dominique et Pierre, rencontrons d’autres voyageurs de France et d’ailleurs avant de nous occuper du problème du moment : le rad………………iateur, bien sûr !!!!!!qui fuit à petites gouttes depuis quelques jours.

Forts de notre expérience pour la réparation de l’ essieu chez Fiat à Tucuman, nous ne parlons garantie constructeur qu’une fois le nouveau radiateur monté sous le capot de la maison blanche par la concession locale ; notre acharnement à faire valoir notre bon droit paiera après 48 heures de démarches, de patience et de coups de gueules !!!!! ( c’est donc bien vrai que le temps c’est de l’argent !!)

Libérés de ce soucis, nous partons à la découverte de Salta et empruntons le téléphérique sur le cerro San Bernardo pour une vue panoramique de cette agréable et grande ville au climat tempéré. Nous visitons le passionnant MAAM, musée archéologique de haute montagne, entièrement voué à l’étude et à la préservation d’un groupe de 3 momies d’enfants incas, retrouvé en 1999 au sommet d’un volcan sacré à 6 700 mètres d’altitude. Nous sommes émus devant cette petite fille recroquevillée sur elle-même, présentée sous un verre à – 20 °c et dans un état de conservation exceptionnel. Nous ne verrons plus d’autres momies par la suite car tous les musées archéologiques ont récemment répondu favorablement à la demande des communautés indiennes : retirer de la présentation au public les momies de leurs ancêtres dans un soucis de respect des personnes défuntes et des traditions.

Nous achevons notre séjour à Salta par un peu de folklore avec la relève de la garde à cheval, un peu de divertissement avec une soirée au cirque, lequel a planté son chapiteau et ses manèges à 100 mètres de la maison blanche ( on ferait quasi-partie de la « caravane » !!!!), et un peu de « côté pratique » avec José qui, pour quelques euros, nous redresse l’arrière du châssis, tordu il y a...quelques mois déjà !!

Nous reprenons donc la route vers le nord par San Salvador de Jujuy, le petit village de Tumbaya dont le cimetière surplombe ses maisons en adobe et sa petite église en bois de cactus et bivouaquons à Pumamarca où, à quelques 150 kilomètres de la frontière, l’on se sent presque en Bolivie.

Nous remontons la Quebrada de Humahuaca où les montagnes se composent de couches de couleurs pour donner ce magnifique canyon dit de « la palette du peintre », pour gagner Tilcara ( 2 460m d’alt.) et visiter sa pucara, forteresse préhispanique restaurée, qui offre une vue fantastique sur toute la vallée.

De Humahuaca ( 3 000m d’alt.), nous prenons le bus local pour un trajet spectaculaire à travers les montagnes ; notre chauffeur fait le signe de croix au départ, au passage du col à plus de 4 000m d’altitude et à l’arrivée : «  Gracias a Dios », nous sommes toujours de ce monde après ces 3 heures de descentes sinueuses pour découvrir le petit village d’Iruya, très isolé sur l’altiplano et goûter pour la première fois au steak de lama !!

La maison blanche n’était pas de la partie cette fois ( strictement impossible même en étant très déraisonnable !!!!) mais ne sera pas en reste pour les semaines à venir !

Nous poursuivons maintenant notre voyage en pays andin où les troupeaux de lamas, chèvres, moutons et ânes se contentent vraiment de peu, où toutes les maisons sont en adobe et les populations à 100% typées indiennes ; nous sommes en hiver : il fait très sec, grand soleil sans un nuage le jour mais froid à carrément glacial la nuit.

Lagunes et lacs de sel sur fond de paysages arides, vigognes ( cousines des guanacos en plus petit et au pelage plus clair), flamands roses….la nature est superbe et le dépaysement total !!

Nous nous dirigeons donc vers la frontière chilienne pour un ultime passage dans ce pays que nous affectionnons maintenant beaucoup, avant d’entrer en Bolivie.

Nous roulons d’abord sur le sel de Salinas Grandes avant d’atteindre Susques, dernier village avant le Chili, perché à 4 800m d’altitude et en attente de diesel depuis plus de15 jours….

Nous bivouaquons qq km en dehors de ce village peu engageant, en pleine nature, et souffrons pour la première fois du sorroche, le mal d’altitude des Andes ( maux de tête, insomnie, « barbouillés »… ; les enfants ne présentant quasiment aucun de ces symptômes ). La maison blanche fera elle aussi son « sorroche » : bien des réticences à se mettre en route et grosse toux noire au démarrage ; l’oxygène se fait plus rare à hauteur du sommet du mont blanc !!!!!

Nous passons le poste frontière argentin en quelques minutes seulement et entamons une descente spectaculaire vers San Pedro de Atacama : nous perdons 2 400 mètres d’altitude sur 40 kilomètres environ ( des pistes d’arrêt en gravillons sont aménagées tous les 500 mètres environ pour les très malchanceux dont les freins viendraient à lâcher …)

Nous apprécions de revenir à 2 400m ( le sorroche disparaît instantanément lorsque l’on redescend ) et entrons officiellement au Chili au village de San Pedro, à plus de 150 kilomètres du poste argentin, le vendredi 23 mai à 16h00 précisément !!!!

Posté par ODIC2010 à 21:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur 5 DERNIERES SEMAINES EN ARGENTINE

    des nouvelles fraîches...

    C'est toujours une excellente surprise de découvrir votre blog mis à jour. C'est l'assurance de passer un moment agréable à prendre connaissance de vos aventures, de vos émotions, et à vivre nous mêmes des émotions insoupçonnées. Certes, cette fois ci, les photos nouvelles nous laissent un peu sur notre faimm...
    Mais on patientera jusqu'à la prochaine fois...
    Surtout, soignez bien la maison blanche, elle le mérite...
    Bises à vous quatre.

    Posté par Gérard, 27 juillet 2008 à 23:15 | | Répondre
Nouveau commentaire