31 juillet 2008

DERNIERE SEMAINE AU CHILI

Vendredi 23 mai-Samedi 31 mai 2008

Nous préférons largement le petit village de Toconao, sa très belle église, la gentillesse de ses habitants ( un couple nous offre des fruits de son  jardin, une commerçante n’hésite pas à  passer  notre tuyau entre ses bonnets, chaussettes et autres couvertures en laine de lama pour nous approvisionner en eau ), son incroyable oasis Jere, long ruban de verdure en plein désert, au village voisin de San Pedro de Atacama, haut lieu du tourisme du nord Chili, et où le touriste n’est qu’une proie destinée à être dépouillée par les agences proposant les tours, commerçants et autres restaurateurs locaux.

Nous apprécions cependant d’y visiter son intéressant musée archéologique qui retrace les différentes époques et cultures préhispaniques de cette région et d’y trouver l’agence d’Alain Maury, astronome français qui propose une observation des étoiles dans un des ciels les plus purs car des plus secs au monde. (Le grand projet mondial d’observatoire astronomique ALMA, avec sa soixantaine d’antennes mobiles géantes se concrétise en ce moment même sur les hauteurs de San Pedro, à plus de 5 000m d’altitude)

Malgré un froid mordant, nous passons une excellente soirée où l’univers nous est conté, expliqué avec humour, où nous observons Saturne, une nébuleuse de gaz, une autre d’étoiles…dans les  très gros télescopes mis à notre disposition. Notre maître d’un soir effectue des recherches en coordination avec d’autres confrères en divers endroits stratégiques de la planète et organise des soirées d’initiation aux étoiles grâce aux quelques 5 télescopes qu’il possède, les plus puissants selon lui détenus par une personne privée en Amérique Latine.

Les lagunes, disséminées entre désert de sable, de roches et immenses lacs de sel, où se nourrissent 3 espèces de flamants  roses, constituent l’un des attraits majeurs du tourisme local : nous visitons donc la laguna Chaxa dont les concrétions de sel en « pics » ne permettent pas de sortir des chemins balisés, mais préférons la laguna Ceja, hors des  sentiers battus ( aucun panneau et piste des plus sportives !!!), pour notre barbecue dominical de la fête des mères.

Nous achevons notre séjour dans la région par un grand tour de la Valle de la Luna : promenade dans les canyons, rampade dans les grottes, martelade dans les mines de sel…..top programme pour nos aventuriers en herbe !!!

Après les grands espaces, direction Chuquicamata, plus grande mine de cuivre à ciel ouvert du monde !!!!

Nous patientons 2 jours à Calama, ville voisine sans aucun intérêt touristique mais néanmoins plus plaisante que la description qui en est faite dans le Routard, en attendant la prochaine visite guidée !

Cette dernière commence par un peu de théorie sur le process du cuivre, puis par la traversée de la ville fantôme de Chuquicamata, où étaient logés les 20 000 employés et aujourd’hui condamnée à être ensevelie sous les milliers de tonnes de roche excavée chaque année. Nous atteignons le site proprement dit après 30min de bus. D’ici quelques mois, la mine principale (5 kilomètres de diamètre sur 1 kilomètre de profondeur !!! ) en  rejoindra une autre pour ne plus former qu’un seul et unique gigantissime « trou » ; le point de vue panoramique de la 1ère mine ayant de ce fait disparu, nous ne verrons que la plus « petite » des deux : dommage mais la visite vaut malgré tout le déplacement !!

Nous serons même autorisés à rentrer dans le garage de maintenance des gigantesques véhicules qui transportent la terre riche en minerai jusqu’aux installations nécessaires à son traitement, que nous ne verrons quant à elles que de l’extérieur,  pour obtenir un produit fini pur à 99,7 ou 8 % sous forme de plaques d’environ 400 kilos.

Quelques chiffres en vrac :

-         20 000 salariés sur le site.

-         un camion vaut 4 millions de $US ; il y en a 180 !

-         pneumatiques : 2,5 mètres de diamètre pour les camions d’une capacité de 170 tonnes et 4 mètres de diamètre pour les plus récents, pouvant transporter jusqu’à 400 tonnes !!   

                             : 10 000 $US pièce et remplacés chaque année !!

-         une grue vaut 18 millions de $US

-         production 2006 : 940 613 tonnes de cuivre

Ravis de cette passionnante visite, nous reprenons la route des hauts plateaux où flamants roses et vigognes s’abreuvent aux lagunes de ces immensités désertiques, contournons le volcan Ollagüe dont une cheminée laisse échapper une épaisse fumée, avant d’obtenir sans aucune difficulté nos 90 jours de permis de séjour : Bolivie, nous voilà enfin !!!!!!!!

Posté par ODIC2010 à 16:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur DERNIERE SEMAINE AU CHILI

    bonjour la famille encore bravo pour votre voyage des situation pas toujours evidentes mais des paysages et rencontres inoubliables de tres belles photos les enfants ont grandis tous le monde tres souriant .ici a frejus nous avons 1 mois aout tres chaud baignade au programme entre vacances et travail nous vous souhaitons bonne route bisous Sandrine Ilona Pascal..et le chat Mihops

    Posté par Ilona, 02 août 2008 à 12:35 | | Répondre
Nouveau commentaire