01 novembre 2008

DE CUZCO A L'OCEAN PACIFIQUE

Vendredi 26 septembre au Jeudi 2 octobre :

Après plusieurs cols à plus de 4 000 mètres d’altitude, 2 jours de virages et lacets ( c’est la 1ère fois que certains estomacs supportent mal les Andes !), des milliers d’alpacas, lamas et moutons, nous descendons sur la plaine côtière de Nazca : ses étranges figures géométrique qui s’étendent pour certaines sur plus d’un kilomètre, se sont parfaitement conservées durant plus de 1000 ans (on les date de 900 av J.C à 600 ap J.C pour les derniers ajouts) grâce à l’absence quasi-totale de pluie.

Découverts en 1940 par un aviateur, c’est la mathématicienne allemande Maria Reiche qui consacra sa vie (elle est décédée en 1998 à l’âge de 95 ans) à dégager, mesurer, étudier ces quelques 800 lignes, 300 figures et 70 animaux qui constituent encore aujourd’hui une énigme archéologique ; sa thèse du calendrier astronomique présidant aux travaux agricoles est cependant la plus couramment admise à ce jour.

L’idéal est de survoler ces vestiges des civilisations nazcas et paracas en petit « coucou » 6 places : nous nous contentons du mirador que fit construire M.Reiche pour surplomber deux de ces étranges géoglyphes !

 

03_MIRADOR_DE_M

A une vingtaine de kilomètres de Nazca, nous visitons le cimetière préinca de Chauchilla, nécropole de la culture nazca : une douzaine de tombes à ciel ouvert qui présentent des momies d’adultes, d’enfants, et même de bébés, entourées d’ossements, de cranes et tessons de poterie : un peu macabre …..mais dans un état exceptionnel de conservation grâce aux conditions climatiques de ce désert, un des plus secs de la planète (c’est d’ailleurs à Nazca que se trouve la plus haute dune connue au monde :2 078 mètres de sable !!)

Après les champs de coton et les orangeraies, nous passons deux jours dans un véritable décor de cinéma : une petite lagune bordée de palmiers en plein désert !

Nous y pratiquons les grands classiques : petit tour en buggy pour une vue panoramique de l’oasis de Huacachina , descente des grandes dunes de sable en sand-board, baignade et farniente à la piscine de l’hôtel qui nous a vendu le tour en buggy, et promenade au soleil couchant autour de la lagune…

 

10_EN_HAUT_DES_DUNES

Encore un peu d’exotisme à Paracas ! Nous achetons 4 beaux crabes pour 10 soles (soit 2,5 euros !!), quelques poissons et crustacés à la criée de San Andres, petit port voisin et passons la nuit sur la péninsule de Paracas, réserve nationale : grand festin dans un décor royal !!!

Réveil matinal pour l’excursion à las Islas Ballestas, petits îlots rocheux, sanctuaires de centaines de milliers d’oiseaux : pélicans, pingouins Humboldt, cormorans, pétrels…producteurs du fameux guano qui a fait la richesse du Pérou au 19ème siècle ; il se récolte encore de nos jours, tous les 4 ans, en tant que fertilisant mais aussi pour les besoins de l’industrie ……….cosmétique !!!!!

Superbe coin de nature, avec l’odeur en plus !!!!!!

C’est en longeant les côtes de la péninsule que l’on découvre le Candélabre de Paracas, autre énigme de la civilisation du même nom (1 300 av J.C-200 ap J.C) admirablement conservé grâce à sa situation « dos au vent » et à la « sédimentation » due au sel.

Il représente sans doute le cactus San Pedro qui pousse dans les Andes et bien qu’on ne puisse pas le dater avec précision, il semble qu’il ait servi de repère aux navigateurs.

 

23_CANDELABRE_DE_PARACAS

Après 2 heures de superbe nature nous rentrons au port escortés par un petit groupe de dauphins : magique !

Ravis de cette halte en bord de mer, nous passons par Pisco, du même nom que le très fameux alcool péruvien, ravagée il y a une année par un tremblement de terre et longeons la côte pacifique sur quelques centaines de kilomètres ; nous ne nous arrêtons pas à Lima car nous venons de visiter de très beaux centres historiques coloniaux à Cusco et Arequipa (et verrons ceux de Quito et sans doute Carthagène), nous n’avons pas envie de galérer pour circuler et nous stationner (ce qui est toujours le cas dans les grandes villes et donc dans les capitales !), et nous voulons fuir au plus vite la chape de nuages bas due à la rencontre des courants Humboldt et del Nino ( phénomène qui dure environ 6 mois par an !!)

Nous passons donc notre chemin et quittons la panaméricaine et l’océan pour retrouver les montagnes des Andes et les très hauts sommets de la Cordillera Blanca !

Posté par ODIC2010 à 18:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur DE CUZCO A L'OCEAN PACIFIQUE

Nouveau commentaire