08 mars 2009

L'EQUATEUR

L’Equateur : dimanche 12 Octobre au mercredi 12 Novembre.

Des douaniers sympathiques, des petits singes jaunes dans les arbres, un plein de gasoil pour l’équivalent de 13 euros (nous sommes dans le 2ème pays producteur de pétrole d’Amérique latine)…c’est un passage frontière des plus agréables !

Après quelques heures sur l’île de Jambeli, désertée en ce lundi hors saison, où nous découvrons la mangrove et ses palétuviers, nous passons 3 jours dans « la Perle du Pacifique ».

C’est du quartier très coloré de las Penas que l’on domine Guayaquil et son Malecon, longue promenade qui court sur plusieurs kilomètres le long du Guayas sur lequel nous naviguons une petite heure en bateau pirate.

                                     12_LAS_PENAS

Après la ville et ses plaisirs : une séance ciné I-MAX sur les dauphins, une promenade au parc Bolivar, petit jardin de centre ville où plusieurs dizaines de grands iguanes ont élu domicile, un changement des pneus avant qui sont plus que morts, une soirée d’anniversaire au Red Crab, excellente adresse pour un festin de ces petites bestioles (on n’a pas 37 ans tous les jours !) …nous prenons la route des plages.

Ce sont d’abord 3 jours d’intense farniente à Data de Playas : immenses plages désertes, soleil radieux, body-board, pêche à la telline et un happy birthday bis version barbecue, pinata et spectacle live de nos deux artistes !

Nous remontons par Manglaralto, Mantanito, réputé des surfeurs aguerris pour sa très belle vague, et Puerto Lopez où la Maison Blanche ne peut manifestement pas embarquer sur le ferry qui traverse la baie (nous y laisserions à coup sûr et au minimum le pare-choc arrière !). Nous rebroussons donc chemin pour contourner cette grande baie et gagner Canoa, petite station balnéaire bien connue des routards croisés ces mois derniers.

Promenades à cheval et cheveux tressés sur la plage pour les uns, courses à vélo et premières vagues en surf pour d’autres (c’est pour le jeu : « Qui est Qui ? »), rencontre avec Elise, jeune compatriote mais grande voyageuse ….bref, rien de très violent ni bien désagréable !!

                                      27_SUR_LA_PLAGE_DE_CANOA

Après la plage, retour aux montagnes à Banos et ses eaux thermales, ses nombreuses cascades que nous partons découvrir en quad, et son excellente fondue bourguignonne, made par ……..un français, off course !

Nous bivouaquons une nuit à près de 4 000 mètres d’altitude entre Latacunga et Zumbahua pour « apercevoir » le lendemain entre 2 draches intenses et 2 nappes de brouillard épais la lagune, objet de l’excursion en question. Sans commentaire …

Nous rencontrons cependant Philippe, instituteur en poste à l’école française de Quito, qui nous propose de stationner devant chez lui le temps de découvrir la capitale.

Romane est aux anges : un copain de son âge, Romain, qu’elle retrouve l’après-midi au retour de l’école et une belle journée dans la classe de CM2 de Philippe qui lui a proposé de faire l’exposé de notre voyage, carte, photos et camping-car à l’appui !

Super souvenir pour notre écolière !!!

                      45_LA_CLASSE_DE_CM2_DE_PHILIPPE 

Quito, à 2850 mètres d’altitude, conjugue passé colonial (la vieille ville magnifiquement préservée est classée au patrimoine mondial de l’humanité) et modernité : nous y visitons la maison du Maréchal Sucre, libérateur de Quito du joug espagnol pendant la guerre d’indépendance, la Compania de Jesus, l’église « aux 7 tonnes d’or », le capilliculteur à 1$ la coupe pour Samuel (l’Equateur a adopté le dollar américain il y a quelques années), le Vulcano Park et ses manèges au pied du téléphérique qui mène au sommet d’une des nombreuses montagnes qui entourent la capitale : le point de vue est certes panoramique mais nuages et pluie sont encore de la partie !

Nous achevons notre séjour chez nos nouveaux amis par une soirée langouste (dès que nous sortons de notre roulotte, nous nous embourgeoisons facilement !!!!!!!!!!), et la visite du célèbre site de la Mitad del Mundo, latitude 0°0’0’’ à quelques kilomètres de Quito.

La ligne définie mathématiquement par triangulation (grâce aux montagnes) en 1736 par une expédition franco-espagnole est proche de quelques centaines de mètres seulement de celle définie par GPS (Cocorico !!!!!!!!). Cette dernière est matérialisée au musée Inti-Nan où nous expérimentons par exemple le sens d’écoulement de l’eau dans un lavabo à un mètre au nord, puis un mètre au sud de la ligne, puis sur la ligne équateur.

                         47_LIGNE_GPS

Tchao Christelle, Philippe et Romain : nous reprenons la route pour passer une journée sur le beau marché artisanal d’Otovalo et un dernier bivouac équatorien sur les bords des lagunes de Mojanda.

Prochaine étape : l’énigmatique mais très attendue Colombie !!!!!!!

Posté par ODIC2010 à 13:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'EQUATEUR

Nouveau commentaire